Car "rentrée" ne devrait pas rimer avec "difficulté"

Date de parution : 10-10-2016 dans : Famille

Et oui, l'été tire déjà malheureusement vers sa fin, ce qui sonne pour plusieurs la cloche de l'école.

Si certains sont excités par la rentrée scolaire, qui leur est synonyme de plaisir, de retrouver ses amis et camarades de classe, découvrir un nouveau professeur et faire de nouveaux apprentissages. Malheureusement ce ne sont pas tous les enfants qui envisagent la rentrée scolaire avec un tel enthousiasme!

Pour d'autres, elle est plutôt associée au "déplaisir", à la routine accablante, aux devoirs qui en désenchantent plusieurs. Pire encore, certains enfants éprouvent une réelle angoisse face à l'idée d'intégrer l'école ou encore d'y retourner.

Plusieurs raisons peuvent expliquer cette crainte, qui peut même générer de l'anxiété. Ou encore elle peut être le fruit d'appréhensions "non justifiées", de craintes que l'enfant se fait et qu'il entretient avec diverses fausses pensées et croyances.

Le détachement de son parent;

L'angoisse et la pression de performance;

La crainte de l'échec;

La crainte d'être victime d'intimidation, être mis à l'écart par ses pairs;

La "manque de volonté" face aux efforts à investir;

Ce ne sont là que quelques exemples parmi tant d'autres...

Il est important de ne pas prendre cette peur à la légère et ne pas laisser l'enfant seul avec cette détresse, mais plutôt de l'adresser directement avec l'enfant et en discuter, afin notamment de bien:

  • Bien identifier la source de cette appréhension / angoisse;

  • Dresser une "liste" d'expériences positives qui peuvent être vécues en milieu scolaire;

  • Vous pouvez même partager vos propres expériences positives quand vous étiez enfant. Ces exemples concrets permettent à l'enfant de visualiser, en plus de vous imaginez quand vous étiez enfant, et ainsi le faire sourire!

  • Discuter des différentes stratégies auxquelles il peut avoir recours pour diminuer son anxiété face à l'école ou encore pour faire face à cette anxiété s'il la ressent à l'école. Par exemple, établir ensemble une routine du dimanche pour préparer la semaine à venir, une routine du matin pour commencer la journée du bon pied, aller voir son enseignante pour chercher du soutien, etc.

  • En tout temps ÉVITER tout propos à l'encontre du milieu scolaire ou du personnel. Les enfants sont de petites éponges très sensibles qui s'imprègnent de ce que les adultes font et disent. Vous êtes leur modèle!

  • Comme pour toute émotion (tant positive que négative), ÉVITER de minimiser ce que vit votre enfant. Nier ou minimiser ses émotions risquerait de lui enseigner qu'il n'est pas normal ou légitime de ressentir des émotions, et accroît ainsi le risque qu'il inhibe l'expression de ses émotions à l'avenir.

Chaque enfant est unique! Chaque expérience l'est tout autant! Il est donc important de garder à l'esprit que chacun peut avoir une perception différente d'une situation et que l'essentiel est d'en parler pour bien cibler la source.

L'aide d'un professionnel peut s'avérer une bonne ressource pour vous accompagner. N'hésitez surtout pas à demander de l'aide, pour le bien-être optimal de vos petits et grands!


Jacinthe Théorêt
Psychoéducatrice
www.jacinthetheoretpsychoeducatrice.com

Partager cet article: