Tolérance à l’effort

Date de parution : 10-10-2016 dans : Famille

Que signifie l’effort pour vous? Et pourquoi aborder la notion de l’effort ?

L’effort se définit comme « la mobilisation volontaire de forces physiques, intellectuelles ou morales en vue de résister ou pour vaincre une résistance » (Larousse). En d’autres mots, il s’agit de toute action qui émane d’une volonté personnelle, de soi, pour réaliser quelque chose. Malheureusement, certains indices laissent croire que la notion d’effort n’est actuellement pas toujours populaire! Pour diverses raisons, les enfants ne semblent pas encouragés et motivés à développer leur sens de « l’effort », et tendent souvent à abandonner face à l’obstacle ou la « non-facilité ». Dans un monde où tout va très vite, il est parfois tentant de bousiller et vite vite, passer à autre chose !

La sur-stimulation (over stimulation) dès le bas âge en est en partie responsable. Tout jeune, les nombreux enfants à fréquenter un service de garde doivent évoluer dans un horaire meublé d’activités structurées, de transitions, etc. Tout est souvent planifié et très peu de place est laissée au jeu libre, à la « liberté », les empêchant ainsi de développer leur autonomie, leur créativité, de découvrir leurs intérêts, d’explorer, bref d’agir par eux-mêmes et non pas guidés par l’adulte. Face à une plage horaire qui n’est pas « occupée », de plus en plus d’enfants sont désemparés, ne sachant plus quoi faire. Nombreux parents et éducatrices reconnaissent ça !

La stimulation s’amplifie quand on pense à toutes les applications informatiques auxquels sont bombardés les enfants (parfois au grand « soulagement » des parents car avouons-le, ça les occupe !) Télévision, Ipad, Ipod, un univers constamment en effervescence devant eux. Mais à nouveau : qui vient de l’extérieur ! De plus, ces avancées technologiques ont pour mérite souvent de simplifier la tâche, de faciliter : un enfant n’a désormais plus réellement de motivation à mémoriser ses tables de multiplication, il n’a qu’à ouvrir sa calculatrice sur son Ipad ! Pourquoi ouvrir le dictionnaire quand je peux simplement taper sur Google, qui plus est va corriger mes fautes d’orthographe si j’en fais.

Et certes, on ne peut nier la culpabilité de certains parents qui, débordés par les multiples obligations de la vie quotidienne et la pression sociale qui prône de plus ne plus la productivité, sur-gâtent et sur-animent leurs enfants lors des temps libres.

À cela s’ajoute la baisse des exigences dans certains milieux éducatifs ou au contraire, des attentes trop élevées, voire irréalistes, qui placent l’enfant en situation de découragement. La société qui prône actuellement des valeurs de « productivité, rapidité, efficience ». Et j’en passe !

Bref, plein de raisons qui font que l’enfant n’est pas encouragé à développer pleinement son sens de l’effort, de la persévérance, de la détermination. Ce qui n’est pas sans conséquence! Cela laisse place à une génération d’enfants qui, trop peu habitués à être encouragés à fournir un effort personnel constant pour atteindre un but fixé, ces enfants se découragent et ils font « à la va vite » (pour ne pas dire ils « butch » ), ils abandonnent. Ou encore ils refusent de faire quelque chose car ils craignent l’échec. Ou pire ils refusent de faire quelque chose s’il n’y a pas une récompense en bout de ligne. Car rappelons que l’effort doit être volontaire, donc venir de soi. Non pas être stimulé par la promesse d’un bonbon, de se coucher plus tard ou d’un congé de tâche !

En apprenant à fournir des efforts, l’enfant accroît son sentiment de compétence, sa capacité de concentration, de persévérance, sa confiance en lui, bref un éventail de bienfaits !

Alors, comment développer la notion de l’effort chez l’enfant? Il existe une panoplie de stratégies qui peuvent être favorables à l’enfant!

  • Encourager l’enfant à explorer diverses activités (sports, arts, informatiques…) afin qu’il découvre progressivement ses intérêts et qu’il ait envie d’expérimenter différentes choses.

  • Discuter avec l’enfant de sa perception et compréhension de la notion de l’effort.

  • Fournir différents exemples de moments où lui ou vous-mêmes avez dû fournir un effort particulier.

  • Donner des exemples dans l’entourage ou dans la société (et de grâce non pas seulement l’élite !)

  • SURTOUT valoriser fréquemment les EFFORTS de l’enfant en cours de route, et non seulement ses réussites ou le résultat final.

  • Proposer régulièrement de petites tâches qui requièrent des efforts SANS toutefois offrir de rétribution. (Le fait d’offrir de la rétribution devrait se faire en de rares exceptions, être préétabli à l’avance et idéalement la rétribution devrait être sous forme de temps de qualité partagé.)

  • Offrez-lui des opportunités de jeu libre, des moments de « solitude » pour qu’il apprenne à s’occuper par lui-même, SANS stimulation NI appareil.

L’effort est une aptitude essentielle au développement de l’enfant. Lui offrir des opportunités de la forger est alors un cadeau inestimable! Pour certains, l’accompagnement d’un professionnel pour ce faire peut être une belle initiative!


Jacinthe Théorêt
Psychoéducatrice
www.jacinthetheoretpsychoeducatrice.com

Partager cet article: